Pétanque : Boule de petanque

Abus de position dominante pour Obut

La dépêche AFP est tombée ce week end, la maison OBUT, numéro un en pétanque, est condamnée à une amende de 320 000 euros pour des pratiques illicites envers ses revendeurs. Soyons beau joueur, Obut a reconnu les faits, et ça c’est bien.

La boîte de Pandore est ouverte

Un marché trop petit pour l’autorité de la concurrence ?

Me suis toujours dit que le marché de la boule de pétanque était trop petit pour que les autorités de la concurrence s’y intéressent. Car oui, cela m’a toujours surpris de voir des modèles de boules vendues au même prix chez des revendeurs de tailles si différentes.

Je me demandais, mais comment le revendeur indépendant peut-il proposer le même prix que le revendeur Internet, et que des magasins tels qu’Intersport ou Décathlon, ou plutôt, mais pourquoi Intersport n’arrivait pas à vendre moins cher, malgré un coût d’achat, du fait des volumes, forcément plus bas ? Si Intersport fait une marge de 50% sur certains modèles de qualité, pourquoi ne cassait t-il pas les prix pour remporter une grosse part du gâteau ? C’était mon interrogation.

Les boules Obut condamnées

Je me trompe peut être, mais on peut se dire qu’un des gros revendeurs, gardant toujours à fond la forme, n’à pas apprécier ce qu’Obut leur imposait, et la fait savoir. Simple hypothèse.

Concrètement, voilà ce qui est reproché à Obut :

Obut a beaucoup de revendeurs, et pendant 7 ans (c’est le jugement), ils ont imposé les prix de vente à l’acheteur final. Des commerciaux Obut s’arrêtaient régulièrement contrôler les prix de revente et, si les prix étaient cassés par le revendeur, Obut bloquait les livraisons ou tout du moins les retardaient au maximum.

On d’autre terme, une sorte de chantage pour préserver la justesse de ses prix catalogues, et par conséquent ses propres marges.

Vous retrouvez ces explications dans cet article de France Bleu ici, ou dans le Figaro ici.

Je ne pense pas avoir écrit quoi que soit de dénigrant sur la marque Obut, outre le jugement pour lequel je n’y peux rien. Mais je tiens à préciser qu’Obut reste le leader mondial avant tout parce qu’ils font des produits de grande qualité, pour tous les usages.

Attention au deuxième effet kiss cool

On peut espérer que cela va tirer les prix vers le bas pour le consommateur, à savoir vous et moi les pétanqueurs.

Mais attention, car si les grandes enseignes emmènent les prix trop vers le bas, alors :

  • cela va devenir très compliqué pour de petits fabricants français de s’aligner
  • cela va aussi réduire la marge d’Obut et donc ses capacités de recherche et développement
  • cela va sans doute développer les appels aux fabricants étrangers, produisant à moindre coût pour ces grandes enseignes, pouvant avoir un effet d’autant plus néfaste sur les deux premiers points.

Il faudra trouver un juste milieu.

L’avenir est sur le web (aussi) !

Il faut donc investir et avoir une vraie politique en ligne. L’avenir du commerce de détail se passe sur Internet, sans intermédiaire, et en toute transparence, pour profiter d’une population française qui investi le web et le e-commerce. Les pétanqueurs français sauront faire la différence entre les boules de compétitions et apprécier les différents prix comme il se doit, au bénéfice de nos marques qui fabriquent en France.

En terme d’expérience utilisateur déjà, et en terme technique, certains sites web de grandes marques sont très mauvais. C’est très dommageable de négliger ce canal de vente directe et indirecte, par méconnaissance je suppose. C’est maintenant qu’il se bouger, alors faîtes appel à des spécialistes, à la manière par exemple de Petanqueshop qui a refait son site il y a environ deux ans, avec une véritable idée de la manière de procéder.